lundi 11 mars 2013

Les têtes de maure siciliennes

J'avais ramené il y a quelques mois de mon weekend à Palerme un vase en céramique représentant une tête de maure. En me promenant du coté de la Salute je viens de découvrir une façade ornée de ce même type de vase, typique de l'artisanat sicilien. Ces vases m'ont toujours plu mais les deux légendes qui semblent à leurs origines sont franchement tragiques: 
Il moro
On raconte que dans le quartier de Palerme, la Kalsa, pendant la domination arabe, habitait une très belle jeune fille. Elle passait ses journées à soigner les fleurs de son balcon. Un jour, un jeune maure, en passant la remarqua et lui déclara sa flamme. Ils tombèrent éperdument amoureux l'un de l'autre. Malheureusement le jeune maure était marié et père de famille. Quand la jeune fille sut qu'il devait partir retrouver sa famille, elle attendit la nuit et le tua en plein sommeil. Elle lui tailla alors la tête et l'utilisa comme pot pour son basilic.
Le jeune homme resta ainsi près d'elle, et le basilic était tellement beau que les voisins commencèrent à fabriquer des pots en forme de tête de maure ...
Elisabetta et Lorenzo
Boccaccio raconte dans la cinquième nouvelle de la quatrième journée du Decameron l'histoire d'Elisabetta di Messina et Lorenzo.
La jeune Elisabetta vivait à Messine avec ses frères, riches marchands. Lorenzo, un beau jeune homme de conditions modestes, originaire de Pise, était à leur service. Les deux jeunes gens tombèrent éperdument amoureux.
Lorsque les frères découvrirent ce qui pour eux était un déshonneur, ils tuèrent Lorenzo et le firent disparaître.
Elisabetta était désespérée, une nuit le lieu de sépulture de son bien aimé lui apparu en rêve. Elle se rendit alors à l'endroit indiqué, déterra le corps, lui coupa la tête et l'emporta avec elle.
Une fois enfermée dans sa chambre, Elisabetta enterra la tête du jeune homme dans un pot de basilic. La jeune fille passait alors ses journées à pleurer et à parler avec le pot de basilic, jusqu'au jour où ses frères firent la macabre découverte ... 
Wiiliam Holman Hunt, Elisabetta and the pot of basil, 1867

Je ne sais pas laquelle des deux légendes est vraiment à l'origine de cette tradition mais  ces pots sont  toujours très décoratifs.

8 commentaires:

  1. Ahhhhh, les histoires d'amour...Merci pour cette anecdote ; bonne journée, a presto !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Arthur
    quelle légende tragique ! j'ai rapporté ces vases magnifiques de Sicile et je les regarde tous les jours avec amour ,je n oublierai pas cette légende !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    Je découvre aujourd'hui votre blog tout à fait par hasard.
    Moi aussi, je suis grand amateur de Venise et de jardins, et vous me donnez des idées pour mes prochaines visites !
    La légende de la tête de l'amoureux coupée et enterrée dans un pot de fleurs (!!!) fait partie des histoires du Décameron mises en scène par Pasolini. Je l'ai toujours trouvée particulièrement touchante; c'est décidé, ce soir je vais regarder à nouveau cet extrait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je savais que Pasolini avait mis en scène certaines nouvelles du Décameron, mais je ne savais rien de celle-ci! J'irai à sa recherche, merci!

      Supprimer
  4. Grazie Arthur di questo approfondimento, mi pareva di ricordare il collegamento a Boccaccio... cercherò anch'io la scena messa in atto di Pasolini.. e faccio subito un link nel mio blog al tuo post!
    bises
    simonetta
    se vengo a Venezia mi porti in visita a qualche giardino?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grazie Simonetta per il link sul tuo post!
      e quando vieni a Venezia sarei molto onorato di farti da Cicerone!
      A presto
      Ciao @rthur

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Ciao Arthur, sono felicissima di fare la tua conoscenza ed .. emozionata, molto emozionata nello scoprire che segui il mio blog !!
    E' una grandissima gioia per me, davvero!
    Io faccio solo ora la tua conoscenza, arrivo dal blog di Simonetta, dal post sui vasi antropomorfi per cui ho fatto un approfondimento pubblicato solamente ieri, sei stato il primo, allora, a pensare al Boccaccio e alla novella di Lisabetta da Messina, ma stranamente te l'ha ispirata Venezia, ... non è meravigliosa la nostra Italia ?
    Ti abbraccio con affetto, ti ringrazio e ti auguro una bellissima serata
    Dany

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...